Allez au contenu, Allez à la navigation, Allez à la recherche, Changer de langue

Vase japonais

Vase japonais

mardi 26 février 2013 - Arts décoratifs

Restauration 2010
2 vases japonais 

Deux grands vases japonais sont actuellement en cours de restauration au musée de la Princerie. Réalisés en laque sur porcelaine, technique rare et méconnue, ils présentaient un état de conservation très inquiétant qui a nécessité l’intervention d’une restauratrice spécialisée

Trop longtemps entreposés dans des locaux inadaptés, ces vases ont souffert de variations de température et d’humidité qui ont provoqué l’apparition de fentes sur la porcelaine, et sérieusement endommagé la couche de laque. Le riche décor, mêlant figuration et géométrisation, naturalisme et figures fantastiques, risquait de subir des détériorations irréversibles.
 Cette paire de vases présente également un intérêt historique, puisqu’elle a été réalisée au Japon vers 1870, à une époque où le pays s’ouvre au reste du monde. Elle illustre le travail des artisans qui adaptent alors les formes japonaises traditionnelles au goût occidental, afin de concevoir des objets décoratifs destinés à l’exportation.
 Une restauratrice est donc venue au musée pour procéder à un re-fixage de la couche de laque afin d’arrêter les dégradation en cours et de maintenir en place les écailles qui menaçaient de tomber. Après cette première étape, les vases ainsi protégés ont été placés dans des caisses fabriquées sur mesure. La seconde étape de la restauration consistera à recoller les parties fendues et à intervenir sur le décor laqué pour le consolider.

De par leurs dimensions, leur technique, leur provenance et la qualité de leur décor, ces vases japonais sont deux pièces majeures de la collection extrême-orientale du musée de la Princerie. Une fois leur restauration achevée, ils retrouveront leur place dans les salles, aux côtés des céramiques, bois et jades déjà exposés.

La restauration de deux grands vases japonais en laque sur porcelaine vient de s’achever.
 Conservés durant plusieurs décennies dans de mauvaises conditions, ils présentaient un état très préoccupant et risquaient des dégradations irréversibles si aucune opération de sauvegarde n’était entreprise. Une restauration a donc été menée par Marie-Josèphe Arrestays, spécialiste des laques, en partenariat avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Lorraine.

Les différentes phases de la restauration, lourde et complexe, ont été réparties sur deux années (octobre 2009 - septembre 2011). En effet, la technique de la laque sur porcelaine demeure encore méconnue. A l’heure actuelle, on ne connaît qu’un seul autre vase conservé dans les  collections publiques françaises présentant la même technique.

Après avoir protégé la surface des vases au musée, la restauratrice les a transportés  dans son atelier pour y réaliser une restauration en quatre temps :

Première étape : consolidation des parties fendues
 La protection de la surface est enlevée. Les fentes apparues dans la porcelaine sont recollées et consolidées afin d’améliorer  l’adhésion de la couche de laque.
 Seconde étape : re-fixage des soulèvements
 Les écailles et les soulèvements de laque sont re-fixés à l'aide d'une colle japonaise: le Jun Funori, tiré d'une algue rouge.
 Troisième étape : comblement des lacunes
 Sur les parties des vases où la laque a disparu, un comblement  est réalisé avec une cire résine pour égaliser la surface.
 Quatrième étape : retouches colorées
 Les retouches de couleur sont effectuées sur la cire résine afin d'atténuer les lacunes et d'améliorer la lecture du décor.

Les analyses d’échantillons de laque, réalisées par le C2RMF afin de mieux comprendre le mode de fabrication et les matériaux employés, ont permis d'identifier quatre couches superposées. Une couche de préparation est appliquée sur la porcelaine afin de recevoir la couche de laque. Cette dernière est en partie couverte d’une couche orange servant de support au décor doré, probablement à la feuille.

Les vases ont été exceptionnellement présentés lors des Journées du Patrimoine 2011. Ils retrouveront définitivement leur place dans les salles du musée en fin d’année, aux côtés des céramiques déjà exposées.